L’exposition

Auschwitz.camp est une exposition qui a été présentée à Kazerne Dossin (Malines, Belgique) du 24 octobre 2019 au 6 septembre 2020.

L’histoire d’Auschwitz

Auschwitz est connu à travers le monde comme le lieu de l’horreur. Devenu l’emblème de la Shoah, ce nom même est désormais synonyme de « persécution raciale » et évoque à lui seul l’extermination de plus d’1,1 million de personnes.

C’est comme si Auschwitz avait été créé dans ce seul but, mais en réalité, la genèse du lieu est complexe et faite de multiples strates. Outre un centre d’extermination, Auschwitz était aussi un complexe industriel avec d’innombrables usines et de multiples camps regorgeant d’ouvriers esclaves, un territoire riche en matières premières et une ville appelée à devenir une métropole de l’Est.

« Si nous ne remplissons pas nos camps d’esclaves…nous n’aurons pas assez d’argent pour fonder des colonies qui donneront la possibilité au peuple allemand de mener une vie digne. »
Heinrich Himmler-Reichsführer SS

À Auschwitz, politique coloniale, politique raciale et politique d’extermination se sont entrecroisées. Des motivations impérialistes, racistes et économiques ont radicalement transformé la petite cité rurale et ses environs. Durant la guerre, tout le paysage a été physiquement et socialement redessiné pour aboutir à ce que les Nazis appelaient l’Interessengebiet Auschwitz, la « zone d’intérêts » d’Auschwitz.

 
 

Les curateurs

 

Christophe Busch (°1977) est à présent directeur de l’Institut Hannah Arendt (Malines). Il est titulaire d’un master en sciences criminologiques (Université de Gand) et d’un master en études de l’Holocauste et des génocides (Université d’Amsterdam). En 2013, il a été nommé directeur opérationnel à Kazerne Dossin et de juillet 2016 à novembre 2019 il en est devenu le directeur général. Il est l’auteur du livre « The Höcker album. Auschwitz through the lens of the SS and Demonic Transitions. How ordinary people ara capable of committing extraordinary evil ».

Hans Citroen (°1947) est un artiste hollandais. De 1966 à 1969, il a étudié à la Vrije Academie van Beeldende Kunsten à La Haye et jusqu’en 1971, aux Ateliers 63 à Haarlem. Il réalise des œuvres d’art à titre personnel mais travaille aussi pour l’espace public. En 1993, il rencontre Barbara Starzinska, une urbaniste née à Oświęcim. Le grand-père de Hans a survécu au camp de concentration d’Auschwitz. Grâce à son épouse Barbara, Hans apprend à regarder la ville et ses environs avec des yeux d’urbaniste. En 2010, ils publient ensemble l’ouvrage de référence  « Auschwitz- Oświęcim» sur l’importance régionale des camps d’Auschwitz. Hans Citroen a publié des articles et des reportages photos sur Auschwitz pour NRC Handelsblat et Trouw. En 2016, il a publié l’étude « Auschwitz, the Judenrampe ».

 

Video

 

Reportage photo de l'exposition Auschwitz.camp Kazerne Dossin Mechelen 2020